EVEREST OU QOMOLANGMA ?

 

Préambule

Le nom original du sommet de l'Himalaya n'est pas encore connu par la communauté internationale. N'est il pas étrange que le mot Qomolangma mont sacré des tibétains soit encore connu comme le mont Everest, d'après le nom de Sir Ceorges Everest (1790-1866) directeur britannique du service géodésique des Indes ? Ceux qui respectent l'héritage culturel du peuple tibétain n'auront certainement aucune objection à appeler ce mont par son nom tibétain.

Patrimoine culturel

Il est temps que le monde occidental respecte les tibétains en reconnaissant le plus haut sommet de la terre par son nom tibétain : Qomolangma (déclaration d'un chercheur du centre de tibétologie de Chine à Beijing). Pour les tibétains, il est inacceptable qu'un sommet de 8845 mètres, symbole d'une déesse bienveillante, soit connu par les occidentaux par un nom anglais. Lin Chao, professeur de géographie de l'université de Beijing, décédé en 1991, qualifiait l'appellation d'Everest « d'ignorance et d'arrogance » de la part des britanniques dont l'empire s'étendait alors dans la plus grande partie de l'Asie.

Certains occidentaux pensaient de même. Dans son livre « Chomolungma Sings The Blues » (Chomolungma est un choix possible en anglais) publié en 1997, Ed Douglas a observé : « Je regrette que pratiquement l'ensemble du monde continuera à l'appeler Everest - il y a des sous-entendus coloniaux déplaisants au mont Everest ».

Durant une conférence de presse durant sa visite au Népal, Zhou Enlai, alors premier ministre de la Chine avait déclaré que les chinois n'étaient pas heureux de l'utilisation du mot Everest « on l'a imposé au mont ».

Mais aujourd'hui après tant d'années, il est temps qu'ils corrigent leur erreur.

Bien que les caractères chinois utilisés pour Qomolangma ne soient pas les mêmes aujourd'hui que ceux utilisés autrefois, leur sonorité est la même et ils sont fidèles au syllabes tibétaines. La carte portant le nom de Qomolangma a été incluse en 1721 à l'atlas de l'ensemble du territoire impérial qui est connu comme l'Atlas de Kangxi et elle constitue le premier document officiel sur le sommet. L'indication du mot Qomolangma précède donc de presque 130 ans la tentative des colonialistes britanniques d'établir une carte de ce sommet. Les tibétains ont commencé à vénérer ce Dieu Mont bien avant l'introduction du bouddhisme au Tibet.

En 1271, le Khanat mongol changea son nom en « empire »des Yuan et unifia toute la Chine en 1279. Depuis lors le Tibet est devenu une région administrative de la Chine, soit 500 ans plus tôt que la fondation des Etats-Unis. En 1653 et en 1713, l'empereur des Qing conféra un titre officiel au Vème Dalai Lama et au Vème panchen Erdeni et il désigna leur statut politique et religieux. Et cela s'instaura en système.

Le bouddhisme tibétain exerce encore une influence profonde et étendue sur l'ethnie tibétaine. C'est la religion qu'adopte la majorité des tibétains, mais non la population entière.

Source : Extrait d'un article de Xiong Lei, Liu Jun et Wang Jiaquan qui a été publié en anglais dans « China Daily » et repris par la magazine « La Chine au présent » en Février 2003.